Notre plateforme



Notre Université c’est :

un service public d’enseignement et de recherche…
  • porté par les savoir-faire de tous ses personnels,
  • où les conquêtes sociales sont respectées,
  • où l’externalisation ne se substitue pas à l’emploi public,
  • dont le financement n’est suspendu ni aux intérêts privés, ni au bon vouloir des collectivités territoriales.
…au service de tous et toutes…
  • grâce à un refus de toute forme de discrimination et
  • grâce à un travail d’inclusion des personnes en situation de handicap, des étrangères et étrangers, des étudiant.e.s au parcours non linéaire ou régime spécial d’études
….pour une université où il fait bon travailler et étudier !

L’Université a été mise à mal par les lois LRU, Fioraso, elle est maintenant menacée par le projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR).

Avec des élu⋅e⋅s qui s’engagent sur des valeurs de collaboration, de soutien et d’accompagnement, nous nous opposons aux logiques de compétitivité, d’élimination issues du « darwinisme » managérial. Nous nous engageons pour une université solidaire qui défende ses missions, ses personnels et ses étudiant⋅e⋅s, université enfin actrice de la transformation écologique nécessaire.


Nous sommes l’Université

Présent⋅es au sein des conseils centraux, du CT et du CHSCT, nous continuerons de veiller au respect des personnels. Nous portons l’exigence du recrutement de fonctionnaires d’État sur concours, aux responsabilités et au traitement définis nationalement. C’est pourquoi nous assurerons la collégialité et la transparence dans les nominations, les promotions, la définition des services et l’attribution de primes. Les conseils se consacreront à leur mission en matière d’évaluation, de concertation et de définition des principes de répartition des moyens à l’échelle de l’établissement. Il est temps de disposer enfin de budgets sincères et de mettre un terme à une Fondation de l’Université d’Orléans dont l’échec est aujourd’hui avéré.


Ensemble pour la formation

L’université que nous voulons est un lieu d’émancipation de chaque étudiant⋅e, un lieu de formations multiples et non un lieu de gestion des flux de bachelières et bacheliers. Nous faisons du combat contre la sélection sociale un défi à relever. Grâce à un travail collectif à l’échelle d’un établissement riche de sa pluridisciplinarité, il est possible de développer et conforter nos formations dans la diversité des composantes : UFR, IUT, INSPE, Polytech, OSUC, EUKCVL. Nous sommes solidaires de tou.te.s les étudiant.e.s, refusant les frais discriminatoires à l’encontre des étrangères et étrangers.

Nous défendons l’égalité d’accès à l’enseignement supérieur et porterons tout projet en lien avec le post bac public (BTS, CPGE, IFPM…). Il est temps pour cela de reconnaître le rôle de toutes celles et ceux qui contribuent aux cursus universitaires et qui participent à la qualité de la formation : enseignants et enseignants-chercheurs, doctorant⋅es, contractuel⋅les, vacataires et personnels des services administratifs et techniques sans qui l’université ne pourrait plus fonctionner. Nous donnons, dans nos engagements, leur véritable place aux services de documentation et à la culture.


Ensemble pour la recherche

Forte de ses laboratoires, de ses centaines d’enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs, l’Université d’Orléans peut aussi se prévaloir de sa proximité avec de grands établissements (CNRS, INRA, BRGM) pour conforter l’ouverture à l’international, la dynamique des masters et des écoles doctorales.

Au service d’une recherche de qualité, critique et éthique, nous nous engageons à recréer de véritables instances de concertation avec les laboratoires, à évaluer la pertinence des pôles, à refuser d’être une vitrine de légitimation de certains partenaires privés, que leurs activités ont parfois conduits en justice.

Soutenir la recherche, c’est être présent.e.s aux côtés des doctorant.e.s ; c’est être à même de définir une stratégie collective qui ne se focalise pas sur un secteur disciplinaire, fût-il celui d’une Président.e ; c’est reconnaître le rôle structurant des EA dont l’université a aujourd’hui la seule responsabilité ; c’est être lucides sur nos responsabilités à l’égard de la société.


Ensemble, ici et maintenant

Nous considérons que l’équilibre territorial est une de nos missions, au service de publics fragilisés par la dévitalisation de leur lieu de résidence. Nous n’acceptons pas une logique concurrentielle qui vouerait Orléans à régresser à un niveau de collège universitaire à l’ombre de Paris ou de Saclay. De la même façon, nous ne voulons pas que les antennes soient soumises à des politiques de rentabilité à courte vue. Nous entendons mener une véritable politique au niveau de la région — en concertation avec Tours —, de ses collectivités territoriales, de ses bassins d’emploi. Une telle politique requiert aussi collégialité et transparence, dans l’implantation de l’Université dans l’agglomération comme dans son positionnement par rapport à la politique académique d’Orléans Métropole.

Parce que nos représentant⋅e⋅s sont les seul⋅e⋅s à s’être opposé⋅e⋅s à des pratiques qui donnent lieu à des convocations au tribunal, parce que nous n’avons jamais cessé de dénoncer les dérives nationales et locales qui ont conduit l’université à la faillite et nos formations à la situation que nous connaissons, nous renouvelons nos engagements :

  • Transparence dans les budgets et les recrutements,
  • Pas de cumul

Rejoignez-nous !