Collège des autres personnels enseignants

Gilles Cloiseau

Maître de Conférences en études anglophones depuis 2009, j’ai co-dirigé le département d’anglais de 2014 à 2018. Membre du CEVU entre 2012 et 2016, membre du LLL (Laboratoire ligérien de linguistique), et du conseil du laboratoire, je suis responsable du Master Traduction, et enseigne la traduction littéraire, multimédia, et la stylistique comparée en licence et master.

Mes activités de recherche portent sur les corpus oraux monothématiques contrastifs (anglais-français), sur l’analyse de phénomènes discursifs à l’écrit et à l’oral (métaphores, innovations lexicales). Je participe à l’axe sémantique, et au projet ESLO (Enquête sociolinguistique à Orléans).

Après des études de biochimie à Orléans, 15 ans à Polytech et 10 à LLSH, il m’apparaît essentiel d’agir pour toujours plus de collégialité, pour une université plus humaine et respectueuse des différences culturelles de chaque composante.


Lucile Mollet

Enseignante-chercheuse (MCU) depuis 2003 au sein du département de Biologie, je dispense la totalité de mes enseignements à l’UFR – CoST (Collegium Sciences et Techniques). Je représente la biologie au sein du DU GSON (Graduate School Orléans Numérique), et suis très impliquée dans la commission des validations d’acquis pour l’entrée en Licence 3 Sciences de la Vie (étudiants étrangers en mobilité individuelle, BTS/DUT, CPGE hors convention). Je suis également membre du Comité de Pilotage travaillant sur l’accueil et l’insertion des étudiant·e·s réfugié·e·s dans les formations de l’université (signataire de la charte MEnS : Migrants dans l’Enseignement Supérieur), comité dans lequel interviennent principalement l’Institut de Français et la DRI. Dès le début du confinement, il m’a été impossible de fermer les yeux sur la détresse de nos étudiant·e·s les plus fragiles.

Mes activité de recherches se font au CBM (Centre de Biophysique Moléculaire), une Unité Propre de Recherche du Campus CNRS. Je m’intéresse au système immunitaire des personnes vivant avec le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine), en collaboration étroite avec les Dr. Laurent Hocqueloux et Thierry Prazuck, respectivement membre et chef du Service des Maladies Infectieuses et Tropicales du CHR d’Orléans ; j’aimerais faire partager aux collègues l’engouement qui est le mien à travailler en lien étroit avec les praticien·ne·s du CHR voisin. Je prépare actuellement le diplôme qui montrera que j’ai pu officieusement encadrer des étudiant·e·s en thèse, afin de pouvoir officiellement encadrer des étudiant·e·s en thèse.


Frédéric Moal

Je suis maître de conférences en informatique à l’Université d’Orléans depuis 2001. Après plusieurs années de direction des études, je suis maintenant co-responsable du pôle Informatique de l’UFR Sciences et Techniques depuis 2019 et membre élu au conseil de gestion de l’UFR depuis 2017. Fortement motivé par la veille technologique et l’innovation pédagogique par le numérique, je suis responsable du projet DiLL pour Orléans (projet PIA2 Disrupt Campus regroupant les Universités d’Orléans, de Tours et l’INSA CVL). Ce projet montre que des collaborations régionales en Centre-Val de Loire offrent l’opportunité de réussir des programmes ambitieux. Membre de l’équipe Contraintes & Apprentissage au LIFO (Laboratoire d’Informatique Fondamentale d’Orléans), mes recherches portent sur l’analyse de données (data mining), notamment dans des collaborations multi-disciplinaires avec le CBM et l’INRAe.

Je milite depuis longtemps pour plus de collégialité et de transparence dans les prises de décisions à tous les niveaux de l’Université.


Céline Rosselin

Titulaire d’une thèse d’anthropologie sociale et sociologie comparée (Paris 5-René Descartes), Céline Rosselin-Bareille est maîtresse de conférences hors-classe en anthropologie sociale à l’UFR Sciences et Techniques (pôle STAPS), 20eme section (CNU). Elle est membre fondatrice d’un réseau international de recherche sur la culture matérielle (MàP) et membre fondatrice et membre du CA de l’Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie (AFEA) et elle conduit ses recherches au Centre d’Etudes des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (CETCOPRA – Paris 1 Panthéon–Sorbonne). Elle a été membre de la Commission des statuts et du fonctionnement de l’Université d’Orléans (2007-2012), membre suppléant du Comité Technique Paritaire, puis membre titulaire du Comité Technique (2010-2014) et enfin, membre élue de la CFVU (2012-2016).


Joël Laillier

Je suis maître de conférences en sociologie. Mes recherches portent à la fois sur la réforme de la science et de l’université en France et sur la socialisation des élites économiques. Arrivé à Orléans en 2019 après plusieurs années à l’université Toulouse 3, je co-dirige actuellement le Master Ergomot (UFR CoST pôle Staps).


Geneviève Guetemme

Principalement engagée dans le Master MEEF et la préparation au concours de professeur.es des écoles, j’assure aussi des cours dans le cadre des master LTMI et PIF. Je suis aussi impliquée dans la formation continue des enseignants et des formateurs. En termes d’administration, je suis responsable du GCD (Groupe de Développement et de Recherche) en arts de l’INSPE-CVL et membre de la commission culture de l’INSPE. Tout cela me conduit à très bien connaître le réseau culturel local (ville, département et Région) avec lequel l’université développe plusieurs projets qui ont vocation à se développer.

Mon travail de recherche se concentre sur les relations entre arts, éducation et migration en termes de genre, de politique, de culture et d’identité. Plus généralement, il s’inscrit dans une redéfinition des études postcoloniales et une analyse de l’impact des humanités et plus particulièrement des arts, sur la vie publique.

A l’échelle de l’université, je soutiens un appui sur la culture pour développer une pédagogie universitaire en réseau et des projets associant les structures locales (ville, département et Région) et l’international.


Yannick Branquet

Enseignant-Chercheur géologue à l’UO au laboratoire ISTO depuis 2001 mes travaux de recherche visent à comprendre comment se forment les ressources minérales au sein du globe terrestre. J’utilise une approche naturaliste de terrain sur les objets minéralisés couplée à des approches expérimentales et numériques. A l’OSUC, j’interviens surtout en Master où j’essaie de développer des enseignements intégratifs au maximum transversaux entre les disciplines trop souvent cloisonnées. Mes objectifs pédagogiques sont l’enthousiasme et l’autonomie, l’insertion professionnelle en découlant « naturellement ». J’ai été élu au CT de l’UO pendant 4 ans et suis toujours choqué du peu d’attention que porte trop souvent un CA d’Université aux avis -pourtant nourris, construits, travaillés et votés- des CT et CHSCT


Gwenaëlle Fabre

Enseignante-chercheuse (MCf) à l’IUT d’Orléans, je dispense les cours d’expression et communication au département Génie Mécanique et Productique. Je suis responsable de cette matière et du PPP (équipe pluridisciplinaire d’une douzaine de collègues).

Profondément ancrée dans le domaine de la linguistique générale et typologique, ma recherche porte sur la description de langues orales de la famille Niger-Congo. Au travers d’un travail de terrain, je m’intéresse aussi aux savoirs locaux, à la structuration sociale des communautés et à l’impact sociopolitique des travaux menés ; j’ai par exemple été responsable en 2009-2013 du programme pluridisciplinaire RADICEL-K (Recherche Aide Développement : Interactions Culture Environnement Langues dans le Kénédougou, Burkina Faso).

Particulièrement sensible aux questions relatives aux conditions de travail et à la santé au travail, mon premier mandat au CHSCT (au titre de la FSU) date de 2013 et je suis secrétaire de l’instance depuis 2019, avec Aline Henninger. Au sein de cette liste, je souhaite particulièrement contribuer à l’amélioration des conditions de travail dans notre établissement. Cela passera notamment par un rétablissement de la confiance (ex. reconnaissance des expositions passées à l’amiante et autres produits dangereux, construction et partage avec les agents concernés des projets de travaux et autres modifications de leur lieu ou outil de travail, etc.) et la réhabilitation des instances (des conseils de gestion aux conseils centraux et comités techniques) qui devraient constituer des barrières fortes aux risques psychosociaux.